Commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918

Commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918

Compte-tenu de la situation exceptionnelle liée à l’état d’urgence sanitaire et aux mesures de confinement, la cérémonie du 11 novembre 2020 s’est déroulée en format restreint, en respectant les mesures de distanciation et n’était pas ouverte au public.

Traditionnellement, c’est une cérémonie rendant hommage aux soldats de la Grande Guerre, qui aura fait plus de 8 millions de morts et de blessés, auprès du monument aux morts de toutes les villes et villages français.

S’en est suivi un dépôt de gerbe, puis la lecture par Alain DASSIMY, Maire de CARIGNAN, du message de la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants.

EXTRAIT DU MESSAGE LU LORS DE CETTE JOURNEE NATIONALE DE COMMEMORATION DE LA VICTOIRE ET DE LA PAIX, EN HOMMAGE A TOUS LES « MORTS POUR LA FRANCE »

« C’était il y a un siècle. Ce 10 novembre 1920, la Grande Guerre est achevée depuis deux ans. Dans la citadelle de Verdun, Auguste THIN, soldat de deuxième classe et pupille de la Nation, dépose un bouquet d’oeillets blancs et rouges sur le cercueil d’un soldat. Un parmi tous les combattants des Flandres, de l’Artois, de la Somme, du Chemin-des-Dames, de Lorraine, de la Meuse… Un de ces braves ! Un des poilus qui participa à une interminable guerre. Un de ces français qui oeuvra à la tâche incommensurable de la Victoire. Un parmi des milliers qui est devenu le Soldat inconnu...Quelques mois plus tard, il était inhumé…Cet anonyme représente chacun de nos morts et tous nos morts en même temps...Chaque 11 novembre, la Nation rend également un hommage solennel à tous les morts pour la France, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui. Chaque année, nous rappelons leur nom. Chaque 11 novembre est un moment d’unité nationale et de cohésion autour de ceux qui donnent leur vie pour la France, de ceux qui la servent avec dévouement et courage. En ces instants, au souvenir des évènements passés et aux prises avec les épreuves de notre temps, nous nous rappelons que c’est tout un peuple, uni et solidaire, qui fit la guerre, qui la supporta et en triompha. »

Cette année, la commémoration est marquée par le centenaire de l’inhumation du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe et par l’entrée au Panthéon de l’écrivain, Maurice GENEVOIX. C’est un souhait du Président de la République en l’honneur du peuple de 14-18.

Maurice Genevoix, né le 29 novembre 1890 à DECIZE (Nièvre) et mort le 8 septembre 1980 à XABIA (Espagne), est un écrivain et poète français, membre de l’Académie Française. Il reçut le Prix Goncourt en 1925 pour son roman « Raboliot ».

Malgré ses blessures reçues au combat lors de la Première Guerre Mondiale, invalide à 70 % car blessé au bras et au flanc gauche, et animé de la volonté de témoigner, il écrivit jusqu’à son dernier jour.

Son oeuvre comporte 56 ouvrages, dont « Ceux de 14« , recueil de récits de guerre rassemblés en 1949, considéré comme l’un des plus grands témoignages de ce conflit.